Dégâts de la tempête 18 janvier 2018 : tous au travail

Temps de lecture: 5 minutes

Actualités & blog Blog Dégâts de la tempête 18 janvier 2018 : tous au travail

Dégâts de la tempête 18 janvier 2018 : tous au travail

Edwin Rijsdijk

Manager | Consultant, Van Ameyde Benelux

Temps de lecture:5 minutes
La tempête du 18 janvier 2018 fut la plus violente des Pays-Bas ces 25 dernières années. Pour ce seul jour, Van Ameyde Pays-Bas a déjà recensé quelque 10 000 dégâts en ce qui concerne les habitations et le mobilier, l’équivalent d’une période normale de 2 mois.

La tempête a détruit des toits entiers, parfois de plusieurs bâtiments en même temps. Des arbres ont été déracinés et sont tombés sur des voitures et des habitations. Des tuiles et gravats, en étant projetés, n’ont fait qu’aggraver les dégâts.
Le nombre de sinistres déclarés est énorme. Le jour même, 2 834 clients ont appelé, avec un pic de 165 appels en 15 minutes. Les équipes d’autres services, ainsi que la direction et les collègues du développement commercial sont venus en renfort pour pouvoir écouter tout le monde.

Empathie et conseils utiles

C’est dur de voir votre maison, entreprise ou voiture lourdement endommagée. Les sinistrés se retrouvent souvent en insécurité et ont peur. Ils ont peut-être déjà essayé une réparation provisoire ou enlevé les gravats. Nos gestionnaires des sinistres suivent attentivement la situation. Il est dès lors essentiel de bien écouter l’histoire du client. Nous conseillons ensuite le client sur la meilleure manière de réparer les dégâts. Parfois, nous pouvons payer directement ou verser un acompte. Souvent, nous nous organisons avec une entreprise de réparation pour que le client ne doive pas s’en occuper lui-même.

Les téléphones augmentent l’efficacité

L’estimation des dégâts est devenue beaucoup plus simple aujourd’hui, car les sinistrés peuvent déjà envoyer des photos avec leur smartphone. Au téléphone, nos gestionnaires des sinistres essaient déjà d’avoir un aperçu le plus complet possible. Ils contrôlent immédiatement la couverture d’assurance et les indicateurs de fraude. Ainsi, les experts ne doivent être engagés que pour les dégâts conséquents et complexes. Nous réduisons donc considérablement le délai de traitement de nombreuses plaintes.

Tempête Friederike en Europe

Les dégâts de la tempête ne se limitent pas aux Pays-Bas. Comme d’habitude, l’Allemagne a attribué un nom féminin à la tempête : Friederike. Nos bureaux belges, allemands, français, britanniques et scandinaves tournent également à plein régime pour traiter tous ces sinistres supplémentaires.

Selon la société de gestion des catastrophes AIR Worldwide, le coût total des dégâts dus à Friederike se situerait entre 1,3 et 2,6 milliards d’euros. L’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas sont les pays les plus durement touchés.

Analyse des dégâts de la tempête aux Pays-Bas

La plupart des dégâts aux Pays-Bas sont de l’ordre de l’assurance habitation, mobilier et inventaire. Les secteurs de l’automobile, du transport et de la responsabilité ont également été plus sollicités.

Selon l’association d’assureurs Verbond van Verzekeraars, les dégâts aux habitations et voitures s’élèvent à 90 millions d’euros minimum. Cette estimation exclut les dégâts aux biens publics, aux entreprises et au secteur agricole. Pour le marché de gros, l’association néerlandaise de bourse d’assurance VNAB fait état d’une première évaluation de 30 millions d’euros. On s’attend à une augmentation de ces chiffres. D’après les calculs actuels, il s’agit pour l’instant de la deuxième tempête la plus coûteuse du siècle.

Quote
Edwin Rijsdijk

Patrick Baron

Share This